L’identité raciale chez l’adolescent adopté

Qu’est ce que l’identité raciale?

Retenons ici une définition de l’identité raciale provenant des chercheurs Cohen et Weshues:

«L’identité raciale se réfère aux valeurs que l’individu attache à son apparence physique et à sa race en général ainsi qu’à la perception et les attitudes reliées à l’expérience sociale d’appartenir à cette race.»

Selon madame Ginette Morrier, chercheure,

«L’identité liée aux origines d’une personne appartenant à un groupe minoritaire est fondée sur l’appréciation qu’il se fait de sa différence par rapport au groupe majoritaire, et sur la façon dont il négocie cette différence dans ses rapports sociaux».1

Une personne intègre ce qu’elle juge important pour se définir. Son appartenance à un groupe, à une ethnie est un facteur non négligeable. Elle se pose des questions supplémentaires. Comment est-elle perçue de la majorité? Comment se perçoit-elle? Comment perçoit-elle le groupe majoritaire? À quel groupe appartient-elle?

Les éléments à retenir pour savoir si une personne est fière de son identité raciale sont les suivants :

  • Démontrer de la fierté face à sa race.
  • S’intéresser et s’identifier à son groupe racial.
  • Ne pas avoir honte de ses racines.
  • Être heureux de son apparence physique.2

Cette acceptation de sa différence est promordialeafin d’avoir une identité complète.

La complexité de l’identité raciale chez l’adolescent adopté

L’adolescent adopté de race noire ou de race asiatique a un problème plus complexe à surmonter pour définir son identité. Il n’a pas de parents qui lui ressemblent et la société ne lui offre pas de point de repère. De plus, il vit avec le dilemme d’être perçu comme Québécois dans sa famille et comme un étranger par la société.

Avec le développement de sa pensée, l’adolescent est en mesure de comprendre ce que signifie être Noir ou Asiatique. Il réalise que sa couleur de peau est associée à une culture. Il comprend ce que représente être associé aux Haïtiens ou aux Chinois dans une société à majorité blanche.3

La difficulté ne réside souvent pas dans la couleur comme dans les valeurs qui s’y rattachent.

Les communautés d’origine ne sont pas perçues de la même façon par le groupe majoritaire. Certaines sont beaucoup mieux acceptées que d’autres. Ce sont les ados à peau noire qui vivent le plus de difficultés. Ils doivent vivre à la fois le fait d’être adoptés et celui de provenir d’une minorité stéréotypée négativement par la majorité.4 Malgré ce fait, la grande majorité se tire très bien d’affaire.5


1 Morrier, Ginette. Les stratégies identitaires des adolescents de l’adoption internationale appartenant à deux groupes racisés. Page11.

2 Morrier, Ginette. Les stratégies identitaires des adolescents de l’adoption internationale appartenant à deux groupes racisés. Page 11.

3 Brodsinky, David, phD. Being adopted. Page 96.

4 Morrier, Ginette.Les stratégies identitaires des adolescents de l’adoption internationale appartenant à deux groupes racisés. Page 41.

5 Bagley, Christopher. International and transracial adoptions. Page 79.